Google+
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Corinne MRz, alias Marquise DuParc ;-)

Charles de la Fosse ou « le triomphe de la couleur » au château de Versailles
© Versailles in my pocket
© Versailles in my pocket

Durant trois mois, du 24 février au 24 mai 2015, les visiteurs du château de Versailles auront la chance de (re)découvrir l’œuvre du peintre Charles de la Fosse, élève de Le Brun et proche de Watteau. Cette première exposition monographique consacrée à l’artiste redonne sa place d’honneur à celui qui fut l'un des créateurs majeurs du décor du domaine, où il œuvra notamment dans les salons de Diane et d’Apollon, au Grand Trianon et à la Chapelle royale.

Qui d’entre nous, à moins d’être féru d’histoire de l’art, a déjà entendu le nom de Charles de La Fosse (1636-1716) ? Ce peintre, dont la carrière est indissociable du règne de Louis XIV, eut pourtant son heure de gloire. Du palais des Tuileries à la Chapelle royale du château de Versailles, il participa à tous les grands chantiers royaux. Directeur de l’Académie royale de peinture et de sculpture, il fut aussi un décorateur et un coloriste très prisé, deux talents qui lui assurèrent, tout au long de sa vie, de nombreuses sollicitations venant des commanditaires privés les plus prestigieux. Presque oublié ces deux derniers siècles, Charles de La Fosse fut pourtant le grand introducteur des idées nouvelles sous Louis XIV et son œuvre témoigne de l’évolution de la création artistique, de Charles Le Brun, dont il fut l’élève, à celle d’Antoine Watteau, qui fut un ami proche. Le château de Versailles rend donc à César ce qui lui revient de droit, en consacrant au peintre sa première exposition monographique, intitulée « Le triomphe de la couleur », du 24 février au 24 mai 2015, dans l’intimité des appartements de Madame de Maintenon.

Charles de la Fosse ou « le triomphe de la couleur » au château de Versailles
Charles de la Fosse ou « le triomphe de la couleur » au château de Versailles

Un artiste novateur aux influences plurielles

La richesse de sa culture visuelle, sa curiosité passionnée pour les maîtres anciens expliquent l’évolution stylistique de Charles de la Fosse. Le peintre regarda l’œuvre de Poussin et fut proche de Charles Le Brun jusqu’aux années 1680, avant de s’inspirer de Titien et de Véronèse. Il fut aussi le premier peintre « découvreur » de Rubens qu’il admira toute sa vie, et s'intéressa enfin à Rembrandt. Sur la fin de sa vie, en peignant la galerie de l'hôtel particulier du financier Pierre Crozat, il côtoya une nouvelle génération d’artistes, parmi lesquels Antoine Watteau. Remarquable par ses nombreux dessins, l’œuvre de La Fosse doit aussi beaucoup à la technique des trois crayons (pierre noire, sanguine, rehauts de blanc), héritée de Rubens. Le parcours de l’exposition souligne les différentes facettes de son talent qui, puisant ses racines chez les maîtres de l’Académie (Poussin et Le Brun), sait se renouveler au contact de la peinture vénitienne et flamande pour créer une peinture séduisante et légère, aux coloris chatoyants. Favorisant la couleur plutôt que le trait, La Fosse se place comme novateur et précurseur du XVIIIe siècle.

(ci-dessus) Tête de jeune fille de profil, reprise de ses mains et de son pied droit
Charles de La Fosse (1636‐1716)
Pierre noire, sanguine et pastel jaune et rose, rehauts de craie blanche
New York, The Metropolitan Museum of Art
© The Metropolitan Museum of Art (dist. RMN‐Grand Palais) / image of the MMA

Charles de la Fosse ou « le triomphe de la couleur » au château de Versailles

La carrière de l'artiste, en six sections

Le parcours de l'exposition permet aux visiteurs de retracer la carrière de l'artiste :

• Les commandes pour les Maisons royales (Versailles, Trianon, Marly et Meudon) montrant son grand talent de décorateur.
• Le dessinateur, expert de la technique des trois crayons (pierre noire, sanguine, rehauts de blanc). • La tradition académique autour de son morceau de réception de 1673 : « L’enlèvement de Proserpine ».
• Le triomphe du coloris marqué par le goût pour la peinture vénitienne du XVIe siècle et la tentation rubénienne.
• Les commandes pour l'Eglise et pour la Cour.
• Un précurseur du XVIIIe siècle qui marque l’évolution de la création artistique au tournant du siècle et auquel vont se référer les grands artistes du XVIIIe siècle comme Watteau, Lemoyne ou Boucher.

Proserpine enlevée par Pluton -Charles de La Fosse (1636‐1716) Huile sur toile Paris, école nationale supérieure des Beaux‐Arts (ENSBA) © Beaux‐Arts de Paris, Dist. RMN‐Grand Palais / image Beaux‐arts de Paris

Proserpine enlevée par Pluton -Charles de La Fosse (1636‐1716) Huile sur toile Paris, école nationale supérieure des Beaux‐Arts (ENSBA) © Beaux‐Arts de Paris, Dist. RMN‐Grand Palais / image Beaux‐arts de Paris

A la découverte des œuvres de Charles de la Fosse à Versailles

Charles de la Fosse a façonné son style à Versailles : dès le salon d’Apollon (dont la restauration vient de s’achever), il utilise une lumière dorée qui irradie ses compositions, s’autorise les associations de couleurs osées, casse ses plissés, conçoit ses cadrages particuliers avec des figures coupées sur les côtés et rend hommage à la grâce féminine. Ses œuvres sont à découvrir dans les lieux suivants :

Le salon d’Apollon (1674) – On doit à Charles de La Fosse la partie centrale du plafond : « Le Char d’Apollon. Le quadrige triomphant, guidé par le dieu étincelant de lumière, est entouré des quatre Saisons. Le recours à l’allégorie y souligne la grandeur du roi : la Magnificence et la Magnanimité, portant une robe bleue à fleurs de lys, sont figurées au pied du char du dieu. Le peintre réalise également l’une des voussures : « Auguste fait bâtir le port de Misène ».

Plafond du salon d'Apollon © Château de Versailles, C.Fouin

Plafond du salon d'Apollon © Château de Versailles, C.Fouin

Le salon de Diane (1680) – Charles de La Fosse y a réalisé deux voussures mettant en scène « Alexandre à la chasse aux lions » et « Jason et les Argonautes abordant à Colchos », mais aussi une œuvre majeure : « Le Sacrifice d'Iphigénie ». Placé au-dessus de la cheminée du salon de Diane, ce tableau occupe une place de choix, face à l’entrée du salon.

Le salon des Malachites, au Grand Trianon (1688) – Charles de La Fosse participa au vaste chantier décoratif du Trianon de marbre, qui s’acheva en 1688. Il peint, pour ce cabinet, consacré au thème du soleil couchant : « Apollon et Thétis », (en dessus de cheminée), « Le Repos de Diane » et « Clytie changée en tournesol », qui demeure l’un de ses tableaux les plus séduisants par l’originalité de la composition et la brillance des couleurs.

La Chapelle royale (1699) – Les peintures de la voûte représentent les trois personnes de la Trinité, avec notamment au centre « Le Père Eternel dans sa gloire apportant au monde la promesse du rachat », par Antoine Coypel et dans le cul de four de l’abside « La Résurrection du Christ », par Charles de La Fosse.

Résurrection du Christ © château de Versailles, JM  Manaï

Résurrection du Christ © château de Versailles, JM Manaï

«Charles de La Fosse ou le triomphe de la couleur »
du 24 février au 24 mai 2015, château de Versailles.
Tous les jours, sauf le lundi et le 1er mai, de 9 heures à 17h30 (18h30 à partir du 1er avril). Renseignements au 01 30 83 78 00 ou sur le site du Château de Versailles

Les visuels non légendés sont tous © Versailles in my pocket

Commenter cet article

RP 10/03/2015 01:33

Bonjour! Bonnes photos et de peintures merveilleuses.

lucie 25/02/2015 12:16

Venant séjourner une quinzaine de jours fin avril à Versailles, je suis ravie par votre article qui va me permettre de faire plus ample connaissance avec ce grand coloriste. Merci.

Véronique le Camus 25/02/2015 11:39

Formidables reportage et article qui donnent vraiment envie de découvrir ce peintre, merci !