Google+
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Geneviève Dichamp  © Versailles in my pocket
Geneviève Dichamp © Versailles in my pocket


Co-directrice du Théâtre Montansier depuis juin 2013, Geneviève Dichamp confie vivre une longue histoire d’amour avec la cité royale, une ville où la passion du théâtre reste tangible, trois siècles après la mort de Louis XIV. Elle nous raconte son Versailles, entre souvenirs d’enfance et coups de cœur d’aujourd’hui.

Le Théâtre Montansier © Versailles in my pocket
Le Théâtre Montansier © Versailles in my pocket

Quel a été votre premier contact avec Versailles ?

Enfant, j’y venais très souvent pour voir mes grands-parents. Mon père a été élevé à Versailles et j’ai encore aujourd’hui beaucoup de famille et d'amis ici. La première fois que je suis allée au théâtre, je devais avoir quatre ou cinq ans, ce fut au Montansier. Ma grand-mère m’y avait emmenée voir Les Fourberies de Scapin. Je me souviens encore de l’incroyable émotion que j’ai ressentie en pénétrant dans ce lieu : une expérience fondatrice qui est sans nul doute à l’origine de ma passion pour le théâtre. Le fait de revenir ici en tant que co-directrice fut donc extrêmement symbolique pour moi ! Si c’était possible, j’habiterais ici : la ville est splendide et il y a une vraie vie, avec des quartiers actifs, des commerçants de proximité… Et les Versaillais aiment le Montansier, on sent une intime connexion entre les habitants et leur théâtre, c’est très émouvant.

La Cour des Senteurs © Versailles in my pocket

La Cour des Senteurs © Versailles in my pocket

Le quartier des Antiquaires © Versailles in my pocket
Le quartier des Antiquaires © Versailles in my pocket

Quelles sont vos balades préférées ?

Je me promène volontiers du côté de la Cour des Senteurs (8 rue de la Chancellerie), que je trouve très réussie. Pour le plaisir des yeux également, je flâne souvent dans le Quartier des Antiquaires (accès par le 10 rue Rameau). Dans le parc du château, j’ai tendance à fuir la foule et à préférer les espaces plus intimes comme le Petit Trianon, où l’on peut admirer le fameux « Petit théâtre de la Reine ». Marie-Antoinette est un personnage qui m’a toujours fascinée, et ce lieu qui a été créé pour elle recèle une magie très particulière, un charme unique. Le fait de savoir que la souveraine a également inauguré le Théâtre Montansier signifie aussi beaucoup pour moi. L’arrière du théâtre donne sur le bassin de Neptune : c’est une chance extraordinaire que nous avons, car cet endroit est généralement peu fréquenté. Les fenêtres des loges plongent sur le parc, et les comédiens adorent ça, c’est tellement reposant ! J’avais fait des rideaux en toile de Jouy pour les protéger des regards, mais ils les ont bien vite enlevés afin de profiter de cette vue magnifique.

 Le quartier des Antiquaires © Versailles in my pocket

Le quartier des Antiquaires © Versailles in my pocket

Brasserie du Théâtre © Versailles in my pocket
Brasserie du Théâtre © Versailles in my pocket

Où allez-vous au restaurant ?

Tout d’abord bien sûr, à la Brasserie du Théâtre (15 rue des Réservoirs), qui jouxte le Montansier. Le restaurant est connu des gens de théâtre, qui y ont leurs habitudes. J’y vais régulièrement pour déjeuner et nous y invitons traditionnellement les troupes, après les premières ou les dernières. Je viens également de découvrir un nouveau restaurant japonais, Kampaï (4 rue de la Paroisse) : testé et approuvé ! J’aime bien aussi la carte du V, place du marché (3 rue Ducis), les grandes salades de L’Aparthé (1 bis rue Sainte-Geneviève) et le cadre façon « loft » d’Esprit d’Atelier (5 rue du Vieux Versailles).

Esprit d'atelier © Versailles in my pocketEsprit d'atelier © Versailles in my pocket

Esprit d'atelier © Versailles in my pocket

Versailles dans votre poche : le carnet d’adresses de Geneviève

Avez-vous des liens avec des librairies de la ville ?

Absolument ! Avec La Vagabonde et sa fabrique (40 rue d’Anjou), nous organisons des ateliers pour le jeune public. Les enfants travaillent sur des œuvres d’art plastique et leurs créations sont exposées dans le foyer du théâtre, à l’occasion des représentations. Nous collaborons aussi régulièrement avec la librairie-café La Suite (3 rue Louis le Vau), comme le 14 octobre prochain avec la venue de la romancière Delphine de Vigan, qui sera présente pour une signature à l’occasion de la représentation d’une adaptation de son livre « Les heures souterraines » au théâtre Montansier.

La Vagabonde et sa fabrique © Versailles in my pocket

La Vagabonde et sa fabrique © Versailles in my pocket

Versailles dans votre poche : le carnet d’adresses de Geneviève

Faites-vous un peu de shopping à Versailles ?

​Je suis gourmande des tartes aux fruits de chez Gaulupeau et Guinon (respectivement 44 et 60 rue de la Paroisse). Sur mon chemin lorsque je regagne la gare Rive Droite à pied, je fais souvent une halte chez les Sœurs Grene du Danemark, (28 rue du Maréchal Foch) une nouvelle boutique de décoration qui vient d’ouvrir dans le quartier Richaud : j’adore le concept, l’ambiance et les objets proposés. Juste à côté, je me fournis en graines et fruits secs chez Bio c’Bon (28 rue du Maréchal Foch), un magasin tout neuf et très bien achalandé. Quand je me promène dans le quartier Notre-Dame, je trouve qu’il reste encore beaucoup de boutiques indépendantes et que le centre ville de Versailles n’est pas encore trop envahi de franchises : encore un bon point !

Les Soeurs Grene © Versailles in my pocketLes Soeurs Grene © Versailles in my pocket
Les Soeurs Grene © Versailles in my pocketLes Soeurs Grene © Versailles in my pocket

Les Soeurs Grene © Versailles in my pocket

© Versailles in my pocket
© Versailles in my pocket
Thé « Le Sourire de Marie-Antoinette » créé spécialement pour le Montansier par Christine Dattner, aux arômes de bergamote, de poire et de vanille.
Traditionnellement offert aux artistes qui se produisent au Montansier, ce thé est également disponible au prix de 12€ les 100 g, au foyer du théâtre.

Commenter cet article