Google+
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par

Damien Béal : variations en cuir et bois
 © Corinne Martin-Rozès
© Corinne Martin-Rozès

C’est dans les carrés Saint-Louis à Versailles que Damien Béal vient d’ouvrir sa boutique-atelier. Il y conçoit des sacs au design intemporel, alliances inédites de cuir et de bois, cousus à la main et façonnés avec passion : une collection entièrement « made in Yvelines » qui fait déjà parler d’elle bien au-delà de notre département et semble promise à un bel avenir. Chronique d’un succès annoncé.

 © Damien Béal
© Damien Béal

La boutique-atelier du 22 rue Royale est ouverte depuis peu et compte déjà ses fidèles, qui viennent pour certains de loin. Damien Béal y propose une ligne de maroquinerie qui compte à ce jour dix modèles, de « L’invité » au « Pause Weekend » en passant par le charmant « Ninetta ». Dix sacs dessinés et fabriqués par le jeune artisan, à partir de matériaux sélectionnés par ses soins : bois de bouleau finlandais et cuir français pleine fleur tanné en Italie. Une collection de maroquinerie à l’image de ses valeurs : savoir-faire artisanal, conscience éco-responsable et confection française de qualité.

© Remicito
© Remicito

« Mon Tour de France chez les Compagnons a été une expérience fondatrice »

Chez Damien Béal, l’envie de créer des objets ne date pas d’hier… « Enfant, j’étais fasciné par l’atelier de mon grand-père. Très jeune, j’ai commencé à manipuler des outils et des matériaux : je me souviens avoir fabriqué un arc et un carquois de A à Z, ce fut ma première réalisation et je n’ai jamais arrêté depuis ! » raconte-t-il. Pas très heureux à l’école, il rentre en apprentissage à quatorze ans et sa vie change alors du tout au tout. « Cette filière était faite pour moi : tout à coup, j’ai eu de bonnes notes et surtout, je me suis pleinement épanoui. Ce fut une révélation » ajoute-t-il. Damien s’oriente vers la menuiserie-ébénisterie et intègre la prestigieuse famille des Compagnons du Devoir. Il quitte alors la vallée de Chevreuse, où il a passé son enfance, pour entamer son Tour de France. Partout où il passe, il s’imprègne des techniques qu’il découvre, bien au-delà de sa propre spécialité. « Le Tour de France m’a donné l’occasion de côtoyer de nombreux corps de métiers et même de collaborer avec eux, ce qui m’a permis d’enrichir ma palette de compétences. Pour moi qui adore depuis toujours créer du mobilier et des objets du quotidien, cela a ouvert de nouveaux horizons » évoque-t-il. De retour dans les Yvelines, il se fixe à Versailles et installe son atelier de menuiserie-ébénisterie en Vallée de Chevreuse. Il y crée notamment du mobilier sur mesure, mais aussi des décors de théâtre pour son frère, le metteur en scène Adrien Béal.

Damien Béal © Corinne Martin-Rozès

Damien Béal © Corinne Martin-Rozès

© Remicito
© Remicito

« J’ai envie que mes sacs vivent longtemps, se patinent et se transmettent…»

Le premier sac en cuir et bois de Damien est né il y a environ trois ans. A l’époque, son amie mosaïste Erica Stefani lui demande de créer un sac en bois, sur lequel elle pourra intégrer de la mosaïque. Ce premier prototype lui donne des idées : il commence à mixer bois et feutrine, puis s’oriente vite vers le cuir. « J’ai alors dessiné et fabriqué deux sacs. J’en ai conservé un et j’ai offert l’autre à mon frère. Et là, un phénomène inattendu s’est produit : dans le métro, dans la rue, des passants ont commencé à lui demander d’où venait son sac... Une fois, deux fois, dix fois : je me suis dit qu’il fallait creuser mon concept ! J’ai affiné mon mode opératoire, évidé les pièces de bois pour alléger l’ensemble et faciliter l’assemblage, que je réalise intégralement à la main, avec une couture "point sellier". Cela m’a également permis de m’affranchir des contraintes de formes et j’ai alors créé plusieurs autres prototypes : un sac de voyage, une petite sacoche pour le vélo, un sac à main, un sac plus « pro » où l’on peut glisser un ordinateur… Afin de tester ces modèles, j’ai participé à plusieurs boutiques éphémères de créateurs à Paris. Le public étant au rendez-vous, j’ai décidé en septembre 2015 de mettre entre parenthèses mon activité de menuisier-ébéniste pour me consacrer entièrement à ma ligne de maroquinerie » relate Damien. La gamme comporte donc aujourd’hui dix références, dont les prix s’échelonnent entre 40€ et 700€. Damien découpe ses peaux dans l’atelier de la vallée de Chevreuse et effectue la couture dans la boutique : aucun point de colle, que du cousu main, et la date de fabrication du sac est frappée sur l’intérieur, ce qui en fait un modèle totalement unique. « Pour moi un sac doit durer longtemps, très longtemps, vivre et se patiner. S’il faut changer une pièce usée, sur mes modèles, c’est possible ! J’aime l’idée de transmission d’un objet, j’en ai assez des choses jetables, ce n’est pas ma philosophie » ajoute-t-il. Enfin, toujours curieux de nouveauté, Damien travaille actuellement avec Roberel, L’artisan Tatoueur : une collaboration qui va déboucher, d’ici l’été, sur l’édition de quelques pièces uniques. A suivre !

La Ninetta © Kim Lan Nguyen Thi

La Ninetta © Kim Lan Nguyen Thi

© Corinne Martin-Rozès
© Corinne Martin-Rozès

Boutique-atelier « Le L'A.BO »
22 rue Royale, 78000 Versailles
Téléphone : 06 75 59 30 90
Si vous passez devant et que Damien est là, n’hésitez pas à pousser la porte !
Si vous voulez absolument le voir, n’hésitez pas à appeler d’abord pour vous assurer de sa présence.

Suivez aussi Damien Béal sur :
Facebook
Instagram
Twitter
Pinterest

© Damien Béal

© Damien Béal

© Remicito

© Remicito

Le Strict Minimum © Kim Lan Nguyen

Le Strict Minimum © Kim Lan Nguyen

Commenter cet article

Thebault 16/12/2016 14:17

Jamais sans mon Damien beal