Google+
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Corinne MRz, alias Marquise DuParc ;-)

AfficheL’exposition ‘’Indiennes sublimes’’ est proposée, du 21 février au 23 juin 2012, au musée de la Toile de Jouy par la Villa Rosemaine*.

 Expo-Indiennes pour meubles

Moins connues que les fameuses toiles monochromes à personnages dites ‘’toiles de Jouy’’’, les Indiennes furent pourtant, en leur temps, bien plus populaires. En 1670, Monsieur Jourdain, inoubliable Bourgeois Gentilhomme de Molière, ne déclarait-il pas « Mon tailleur m’a dit que les gens de qualité portaient le matin une robe de chambre en indienne » ? Car la tradition ancestrale des toiles de coton peintes ou imprimées à la planche de bois nous est arrivée de l’Orient et des Indes au XVIIème Expo-Silhouette au fichusiècle. En Europe, avant cela, seuls les tissages de chanvre, de laine et de lin habillaient le peuple, les classes dominantes préférant les velours façonnés, brocarts de soie et d’or et autres riches soieries tissées. Les compagnies d’importation occidentale des Indes portugaises, anglaises, hollandaises puis françaises vont introduire sur le continent des produits exotiques et nouveaux comme le café, la percale et ces fameuses indiennes en provenance d’Inde et de Perse.

 

Près de 200 pièces textiles présentéesExpo vue 1

L’engouement en Angleterre et en France est immédiat. Les premières impressions françaises et anglaises seront au début de simples imitations avant de devenir, grâce aux efforts technologiques et esthétiques, de véritables « labels ». D’importants centres d’indiennage se développent alors par centaines. Les plus célèbres en France sont Marseille, Aix, Orange et bien sûr Jouy-en-Josas (célèbre manufacture royale), ainsi que Rouen, Nantes, Nîmes, Beautiran et l’Alsace, dont l’industrie florissante perdurera durant tout le XIXème siècle. L’exposition ‘’Indiennes sublimes’’ présente une sélection de pièces parmi lesquelles de nombreux costumes : indiennes, toiles de coton peintes et imprimées des Indes, de Perse, de Provence mais aussi de Jouy. En tout près de 200 pièces textiles (palampores, chafarcanis, courtepointes, kalamkaris…) dont une vingtaine de mannequins costumés : arlésienne du XVIIIème, marseillaise du XVIIIème, bourgeoise du XIXème, robe 1er Empire, robe Napoléon III… Une  bien jolie promenade, un brin nostalgique.

 

Expo-robe jaune Expo-panier  Expo-Corsage suspendu

Expo-courtepointe piquée début 19è - Copie

Photos © Versailles in my pocket

 

Un écrin idéal : le Musée de la Toile de Jouy

Musée TDJ couretteIl serait dommage de venir voir l’exposition sans visiter le Musée de la Toile de Jouy. Niché dans un château du XIXème siècle auquel on a adjoint unFilature du coton bâtiment contemporain, celui-ci est consacré à l’activité de la manufacture de Jouy et à l’impression sur étoffes. Il rend hommage à Oberkampf, immigré allemand devenu l’un des plus grands entrepreneurs de son temps, et commémore cette remarquable aventure industrielle. De 1760 à 1843, plus de 30 000 motifs ont ainsi été créés à Jouy pour la mode et l'ameublement. Les toiles les plus connues sont les scènes à personnages en camaïeux, mais les plus courantes étaient celles à motifs floraux, les indiennes. À travers son parcours muséographique, le musée évoque d'abord l'histoire de la manufacture et de son créateur grâce à une maquette, des documents d'archives et des souvenirs d'Oberkampf. Dans la salle des techniques, des outils de graveurs, des Vitrine TDJplanches de bois et rouleaux de cuivre permettent l'explication du procédé d'impression. Au premier étage, garnitures de lits, tentures, panneaux textiles, caracos, robes, gilets et jupons témoignent deLe combat des Horaces. TDJ l'évolution technique et décorative de la toile de Jouy. Les dernières salles sont consacrées aux autres manufactures, françaises et étrangères. Un effort constant a permis de créer au fil des années, à partir d’un fonds modeste, une collection de premier ordre de près de 8 000 pièces témoignant du vif goût pour la Toile de Jouy dans le costume et l’ameublement du XVIIIème siècle au XXIème siècle.

A noter : dans chaque salle, des petites tables sont prévues pour permettre aux enfants de dessiner. En sortant, un salon de thé accueille les visiteurs et une boutique, véritable caverne d’Ali Baba, propose des articles aux couleurs de la Toile de Jouy. Alors, venez à Jouy-en-Josas, c'est à 10 mn du château !

Boutique du musée

 

*La Villa Rosemaine est un centre d’étude et de diffusion du patrimoine textile situé à Toulon, qui s’adresse à tous les passionnés des costumes et textiles anciens des XVIIIème et XIXème siècles. http://villa-rosemaine.com/

 

PLANCHE 1 PNG - Copie (2)-copie-1Indiennes Sublimes

Du 21 février au 23 juin 2013

Musée de la Toile de Jouy

54 rue Charles de Gaulle, 78350 Jouy-en-Josas

Tél 01 39 56 48 64

http://www.museedelatoiledejouy.fr/

Du mardi au dimanche de 11h à 18h. Fermé le lundi.

Plein tarif : 7 € / Tarif réduit : 5 €

 

Photos © Versailles in my pocket

Commenter cet article