Publié par Corinne MRz, alias Marquise DuParc ;-)

Manières de... couv1Dans son nouvel ouvrage intitulé "Manières de montrer Versailles’’, Timothée Chevalier a regroupé des textes du XVIIème siècle décrivant le château et son parc, à divers stades d’avancement du royal projet. A une époque où la communication passait essentiellement par le verbe, des hommes et femmes de lettres, qui étaient aussi avant tout des courtisans, ont façonné dans leurs écrits l’image que Louis XIV entendait donner de Versailles, soit celle d’un palais enchanté où rayonne un roi à qui rien n’est impossible.

 

« Dès le temps que toutes ces beautés commencèrent à paraître, il y eut des descriptions imprimées. » Ce témoignage a posteriori sur l’engouement que connut Versailles dès le règne de Louis XIV ne ment pas : du modeste relais de chasse à l’immense palais prolongé par les jardins, la nouvelle maison royale fut, à chaque étape de son évolution, décrite et expliquée à la foule de courtisans et de curieux, sujets ou étrangers, qui la fréquentaient, la visitaient ou l’imaginaient de loin. Alors, point d’images ou très peu dans ce ‘’Manières de montrer Versailles’’, mais des mots choisis, sous les plumes talentueuses de La Fontaine, Madeleine de Scudéry, Charles Perrault ou encore Molière. Autour de Louis XIV et de son grand projet ont tout naturellement fleuri les guides, les relations, les promenades littéraires et les éloges en vers propageant la renommée de Versailles, vitrine du règne.

Madeleine de Scudéry Charles Perrault André Félibien 
 Madeleine de Scudéry  Charles Perrault  André Félibien

 

 

Versaillais lui-même, Timothée Chevalier a rassemblé dans cet ouvrage une trentaine de ces textes, dont la plupart n’avaient jamais connu de réédition. Proposés in extenso ou par extraits, ils sont présentés, annotés et précédés d’un avant-propos. L’auteur y a ajouté un plan et une chronologie qui facilitent le repérage des lieux dans ce chantier permanent que fut Versailles.


Pourquoi avez-vous eu envie de sortir ces textes de l’oubli ?
Timothée Chevalier – Par amour des lettres et des jardins ! Depuis l'Antiquité, ces deux arts entretiennent un rapport particulier, ce sont deux "secondes natures". Qu'en était-il à Versailles, ce domaine si renommé, si lié à un imaginaire historique et littéraire ? Tel fut le point de départ de ma démarche.
Etienne Allegrain, huile sur toile, env 1700
Comment avez-vous procédé ?
Comme à chaque sortie d'un livre sur Versailles, on pourrait se dire : ‘’encore un…’’ En effet, que peut-on écrire de nouveau ? L'intérêt de cet ouvrage est de rassembler et de présenter au public des textes pour la plupart inédits et peu connus. Charles Perrault, l'auteur des Contes, qui fut aussi et avant tout commis de Colbert et donc fortement impliqué dans la construction de Versailles, dit un jour qu'au rythme où avançaient les travaux d'architecture, de sculpture, de peinture, les livres étaient "la seule chose qui manquait pour le dernier accomplissement de Versailles".
Il m'a donc paru capital de redonner une existence à ces écrits qui ont suivi et décrit la nouvelle maison royale sous Louis XIV pour la chanter, mais aussi en propager le nom et en expliquer les ornements aux courtisans, aux visiteurs et aux étrangers. A côté des descriptions poétiques et romanesques de La Fontaine et de Madeleine de Scudéry, on trouve de véritables guides de visite, dont un de la main du Roi-Soleil lui-même ! La Bibliothèque municipale de Versailles ainsi que la Bibliothèque nationale m'ont permis d'avoir accès à ces ouvrages.

Etienne Allegrain, promenade de Louis XIVPour qui avez-vous écrit cet ouvrage ?

Je n'ai pas voulu faire un ouvrage réservé aux seuls spécialistes, mais plutôt un livre qui s'adresse à un public amateur d'histoire, d'art et de littérature. Ce peut être aussi une manière originale d'entrer dans ce projet complexe que fut Versailles.

Quel est votre rapport à Versailles ?
Je suis moi-même Versaillais et, comme la plupart d’entre eux, amoureux de ma ville ! Si Versailles est véritablement né autour du château sous Louis XIV, la ville ne se limite ni à une époque, ni à un lieu. Tout comme les bosquets variant des deux côtés de la grande perspective, Versailles est ouvert à la surprise, l'imprévu, en marge de la pompe et de la symétrie. Le souvenir persistant de l'Ancien Régime et du Roi-Soleil est patiné par les strates d'autres époques : l'Empire, la ville de garnison, les petits commerces. C'est la poésie singulière de la ville, en marge des dorures ! Se replonger dans les textes du passé sert peut-être à mieux voir ce qui se présente à nous.
n

 

Thimothée Chevalier

 

Normalien, diplômé d’HEC, Timothée Chevalier a mené un double parcours en lettres et en gestion de la culture qui l’a conduit à s’intéresser aux rapports entre littérature, arts et architecture, en particulier à l’âge classique.

 

 

« Manières de montrer Versailles. Guides, promenades et relations sous le règne de Louis XIV » de Timothée Chevalier 
Prix conseillé 24€ - ISBN : 9782705684501

Collection « Bibliothèque des Littératures Classiques ». Editions Hermann

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog